Journée pluvieuse

Cette journée de pluie est la bienvenue pour travailler un peu au labo. En cette fin d’été le jardin regorge de bonnes choses et il est temps de préparer les réserves hivernales.

J’ai donc récolté les choux pour préparer la choucroute. Pour parfumer tout ça, un peu de sauge, des baies de genévrier et une racine de raifort. J’ai déterré une racine et comme j’en avais trop pour mes sept kilos de choux j’ai fait quelques bocaux de crème de raifort qui remplaceront avantageusement la moutarde pour les futures choucroutes garnies !

Comme d’abitude, ma vieille râpe à été parfaite. Dans un mois, dégustation.

Journée pluvieuse dans Econologie 20130918_1521241-300x225

Un autre travail en attente était le soutirage du vin de fleurs de sureau. Après le petit moment d’angoisse au moment d’ouvrir le tonneau vient la satisfaction nourrie par les effluves de fruit de la passion qui caractérisent ce divin breuvage. Le soutirage consiste à siphonner le vin dans un autre tonneau afin d’éliminer le dépôt de levures qui se crée au fond. J’en fait un tous les un à deux mois pendant une année, jusqu’à la mise en bouteilles.

Passons maintenant aux pâtes. Hier j’ai mis infuser du safran pour faire deux kilos de pâtes. Pétrissage, extrusion…et voilà. Celles-là je les met dans le séchoir. Je profite de faire encore deux kilos de pâtes fraîches aux oeufs, on adore ça…et nos voisins aussi !

Reste le fromage, hier j’ai mis à cailler 12 litres de lait après en avoir centrifugé une partie, qui m’a donné 1 litre de crème. Aujourd’hui je met le caillé dans les moules. Après un jour d’égouttage j’aurai un kilo de fromage blanc et environ deux kilos de séré maigre…miam !  

Après tout ça je suis arrivé à la fin de ma bouteille de liquide vaisselle maison. Allez, je chauffe un peu d’eau pour diluer le savon de Marseille râpé, ajoute du savon noir, de la soude, du vinaigre…c’est fait !

Lait, crème, fromage etc

Depuis environ deux ans,  un produit me permet de conjuguer soutien des producteurs locaux, troc, fabrication et consommation de produits frais et sains et surtout augmentation de mon indépendance vis-à-vis des requins de la grande distribution qui réussissent à pervertir n’importe quel aliment de base en support à cochonneries chimiques. Il faut savoir qu’en une seule journée, par l’alimentation, un enfant consomme en moyenne 128 de ces substances. Comment s’étonner ensuite de toutes nos maladies et autres allergies. Etonamment, ceux qui les fabriquent, vendent aussi les médicaments !?!?!?!?!?

Je veux parler du lait. D’accord, ce n’est pas le plus contaminé des produits mais observez ce qu’ils arrivent à mettre dans un simple yahourt.

Bien que je sois sevré depuis longtemps, les possibilités de transformations de cet aliment magique sont infinies et le rendent encore indispensable à une alimentation saine et oh combien attractive, malgrès tout ce que peuvent dire la publicité et les diététiciens malhonnêtes pour décrier tout ce qui est naturel. Plus on élargi le nombre d’aliments consommés (si possible sans pesticides et autres joyeusetés), plus on donne à notre corps les moyens de nous maintenir en bonne santé.

Une à deux fois par semaine, je prends une douzaine de litres de lait chez mon voisin agriculteur. La première étape est le passage d’environ sept litres dans une centrifugeuse qui donnent environ 5 dl de crème. Une partie de cette crème je la transforme en beurre. 

Le lait écrémé est ensuite mis en culture pour faire un fromage frais, que je passe ensuite au mixer pour faire du séré maigre. Ce séré sert à faire nos sauces à salade (avec vinaigre maison), mayonnaises allégées et surtout desserts aditionnés de fruits, sirop ou confitures maison. Avec du sirop à l’Aspérule, ramassée dans notre forêt ou au safran des Prises http://safrandesprises.unblog.fr/, produit dans notre safranière, c’est à se relever la nuit ! Je met également les 5 litres  de lait entier restants en culture pour faire du fromage frais. Sur les trois fromages, deux reviennent au paysan pour payer le lait, au double du prix qu’il est payé par les escrocs grandistributeurs. C’est donc du lait certifié équitable ;o)

Tout ceci me demande deux bonne heure de travail mais c’est bien quelques unes des plus profitables et satisfaisantes que je puisse produire !

Lait, crème, fromage etc dans Econologie 20120122_192725-640x480-300x225  20111229_175815-640x480-225x300 dans Econologie  20111229_192445-640x4801-300x225 20120204_190130-640x480-300x225

 

Swiss Blues Talent Night

Le Festival Blues de Bâle recherche trois groupes qui se mesureront lors de la « Swiss Talent Blues Night » du 27 mars 2012. Lors de cette soirée, trois groupes seront classés pour jouer les premières parties de trois concerts organisés par le festival. 

Mon groupe « Swamp Train » se retrouve dans les six bands sélectionnés et soumis au choix du public. C’est donc maintenant  à vous de voter jusqu’au 13 février pour votre groupe préféré. 

Rendez vous sur la page suivante :

http://www.blues-festival-basel.ch/index.php?option=com_content&view=article&id=158&Itemid=92&lang=de

Bière de Noël 2011

Presque toute notre équipe de brasseurs était réunie lors du brassage de notre bière de Noël. La recette était identique à celles brassées ces deux dernières années. Une bière brune onctueuse, enrichie d’épices et titrant à un peu plus de 8 degrés d’alcool…une bière de fête !

Bière de Noël 2011 dans Bières, vins, cigares... Brassage-800x600

 

Cuve-800x600 dans Bières, vins, cigares...

bouteilles-1L-800x600

Capsuleuse-800x600

 

 

 

 

 

Truffe

Ce dernier week-end  j’ai fait la découverte d’un produit hors du commun, la truffe. Un groupement de passionnés de la région avait organisé un marché spécifiquement dédié à ce champignon.

http://www.truffesuisse.ch/

J’avais tout à apprendre de ce produit et j’en ai appris énormément. Son odeur, les différentes espèces, sa répartition en Suisse, sa possibilité de culture, comment la trouver, son utilisation. Comme quand je me suis lancé dans la culture des crocus à safran, j’ai rencontré de véritables passionnés prêts à partager leur savoir.

Ni une ni deux, le lendemain je partais avec mon bâton visiter un endroit qui me semblait propice. Sans chien truffier ni cochon, puisqu’il est possible de les trouver par l’observation d’une petite mouche. Je suis tombé sur une « forêt » de lépiotes et ai repéré la fameuse mouche sur l’une d’elles. Bon je dois dire que les trois paniers de lépiotes m’ont quelque peu distrait de ma quête initiale, mais j’ai quand-même pu observer l’insecte à deux ou trois endroits.

Aujourd’hui je suis reparti en cueillette. En retournant dans le même coin j’ai rapidement  repéré l’animal, suivis de quelques autres. Je leur ai laissé le temps de bien m’indiquer l’emplacement et quelques coups de pélette ont suffi pour faire apparaître le diamant noir.

C’est une petite truffe de Bourgogne de 15 grammes, mais une grande émotion d’en trouver si facilement, je m’attendais plutôt à galérer. La suite de la saison dira s’il est facile d’en trouver ou s’il s’agissait plutôt d’un grand coup de chance.

Je met sa photo, faute de pouvoir mettre son odeur.

mg3546800x600.jpg


12345...30


Théatre à Sainte Cécile 85 |
RizchanOtak |
loisirs creatifs patchwork |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le monde selon lolo
| Bienvenue sur mon blog
| Mini Racing Models